Simulation Finaprêts

La nouvelle version du prêt à taux zéro ne séduit pas tout le monde. Si elle devrait contribuer au retour des primo-accédants et offrir du potentiel sur le marché du neuf, cette nouvelle version impose la réalisation d’importants travaux de rénovation dans l’ancien.

Actualité Budget

PTZ : le dispositif applicable depuis le 1er janvier 2016

Comme annoncées fin 2015, les nouvelles modalités du prêt à taux zéro (PTZ) sont applicables depuis le 1er janvier 2016. Cette version élargie permet de financer jusqu’à 40 % du montant du bien, contre 18 à 26 % en 2015.

Dans cette version plus avantageuse, plus souple et accessible aussi bien dans le neuf que dans l’ancien, le demandeur bénéficie d’un plafond de ressources relevé, de différés de remboursement allongés (jusqu’à 25 ans) et de montant de financement plus important.

A savoir qu’il est désormais possible de mettre son bien, financé grâce au PTZ, en location au bout de 6 ans, une possibilité qui était impossible avant la fin du remboursement du PTZ version 2015.

Le nouveau dispositif est étendu dans l’ancien à la France entière sous certaines conditions de travaux, contre 6 000 communes de la zone C, il y a juste quelques semaines.

PTZ 2016 : une version jugée contraignante par certains professionnels

Si la nouvelle version du PTZ est désormais accessible sur l’ensemble du territoire Français, elle ne pourrait concerner que peu d’acheteurs dans l’ancien.

En fait, pour les emprunteurs dans l’ancien, l’obtention de ce type de crédit est conditionnée à la réalisation d’importants travaux de rénovation représentant au moins 25 % du montant total de financement.

Cette condition est jugée trop contraignante et compliquée à mettre en place. Certains spécialistes estiment que cette mesure pourrait limiter l’impact du nouveau dispositif, malgré l’assouplissement des critères d’octroi.

De plus, dans une récente étude d’impact, les autorités prévoient d’accorder 120 000 PTZ au total en 2016, dont 10 000 seulement dans l’ancien. Cela ne représente que 1,5 % des transactions.