Simulation Finaprêts

Selon les chiffres publiés par la caisse des dépôts, la collecte nette du livret A a été négative en novembre 2015 à hauteur de plus d’un milliard d’euros.

Actualité Crise

Le livret A n’a plus la cote

Faisant figure de pilier de l’économie en France, le livret A est considéré comme l’un des produits d’épargne préférés des Français. Cependant, aujourd’hui, les épargnants le trouvent moins attractifs et ils ont retiré près de 10 milliards d’euros de leur livret A en seulement 11 mois.

Selon les chiffres publiés par la Caisse des dépôts, de janvier à novembre 2015, le livret A a enregistré une décollecte record de 9,59 milliards d’euros. Autrement dit, les retraits d’argent ont nettement dépassé les dépôts.

Pour le livret de développement durable (LDD), la décollecte est de 2,09 milliards d’euros sur la même période. 

Ainsi, sur les onze premiers mois de l’année, la collecte nette s’élève en cumulé à près de 12 milliards d’euros. Un record.

Le taux de rendement : la principale cause de la décollecte du livret A

La décollecte record du livret A s’explique principalement par le niveau historique de son taux de rémunération. Il est passé de 2,25 % à 0,75 % en quelques mois.

Un plus bas historique qui a de quoi décourager plus d’un épargnant. Le livret A souffre de la comparaison avec le plan d’épargne logement (PEL), dont le taux de rendement a été maintenu à 2 %.

De plus, la rémunération du livret A pourrait encore descendre, car il est principalement indexé sur le niveau de l’inflation et celui-ci est quasi nul.

A savoir que si ce produit d’épargne reste un symbole en France, les épargnants préfèrent désormais d’autres plans d’épargne qui rapportent plus (PEL, assurance-vie).

Par ailleurs, il faut savoir que le PEL a presque engendré 15 milliards d’euros d’encours supplémentaires en 2015. Ce produit d’épargne semble tirer profit du rejet du livret A et du livret de développement durable.