Simulation Finaprêts

Selon les dernières publications de la Banque de France, le pourcentage représentant les opérations de regroupement de crédits dans la production totale de nouveaux financements est en baisse depuis plusieurs mois.

Actualité Crise

Production de crédit : la Banque de France dévoile une double baisse

Dans les derniers chiffres qu’elle vient de publier le lundi 11 janvier, la Banque de France a dévoilé une double baisse. Des baisses fortement liées et qui ne sont plus une surprise.

La première et la principale concerne la production de nouveaux prêts à l’habitat. Une production qui avait atteint plus 20 milliards d’euros en juillet 2015, est passée de près de 18 milliards d’euros en octobre à seulement 15,3 milliards fin nombre.

La deuxième baisse est celle des opérations de regroupement de prêts. La proportion de ces financements qui avait atteint 49 % de la production de crédit en août 2015, est passée de 40,3 % en octobre à 37 % en novembre 2015.

Selon les statistiques publiées, la baisse continue et régulière de la production de crédit est en grande partie liée à celle des rachats de prêts.

2015 : une année exceptionnelle pour le regroupement de crédits

En mai et août 2015, un peu moins d’un emprunt immobilier sur deux était en réalité un rachat de crédit. Les Français endettés ont profité des conditions d’emprunt historiquement attractives.

En mai 2015, les taux d’intérêt des crédits immobiliers ont atteint en moyenne 2,01 % (hors assurance), du jamais vu depuis la fin de la seconde guerre mondiale, selon les données de l’Observatoire Crédit Logement/ CSA.

Dans ce contexte, rien d’étonnant à ce que de nombreux Français endettés aient été attirés par les opérations de regroupement de prêts.

Selon l’Observatoire, il y avait en mai en moyenne 1,8 point de différence entre le taux moyen des financements immobiliers déjà accordés et celui de marché pour la production nouvelle. Cependant, cet écart était bien supérieur sur la période 1995-2005, selon la Banque de France, sans donner lieu une telle tendance.